Office de Tourisme




 
LEYME    (987 hab)

 

A l’entrée de la région du Ségala, Leyme est situé à 10 km. au nord de Lacapelle-Marival sur la route départementale D. 48 qui relie le chef-lieu de canton à Saint-Céré.

  . et 14h. à 16h. - mardi et jeudi 10h. à 12h. - vendredi de 8h. à 12h. et 13h30 à 17h30.

Situation

A l’entrée de la région du Ségala, Leyme est situé à 10 km. au nord de Lacapelle-Marival sur D. 48 qui relie le chef-lieu de canton à Saint-Céré. A une altitude moyenne de 500 mètres, le village étire ses habitations sur le versant ensoleillé d’une vallée bien orientée.

 

A découvrir...

Leyme, dont le nom trouve son origine dans le latin « eremus » (désert), est ce havre de calme qui vit en 1213, sous le règne local de la puissante famille des Cardaillac, la construction d’une abbaye cistercienne sur les lieux supposés du martyr de Sainte-Spérie. Progressivement un hameau s’est établi et développé aux limites de la forêt, une vraie forêt, profonde, plantée au Moyen Age et organisée autour de l’Abbaye. Aujourd’hui, même s’il ne reste que quatre-vingt hectares classés et entretenus, Leyme vit toujours en face d’une grande futaie formée essentiellement de hêtres centenaires mêlés, ça ou là, de bouleaux, de chênes, de châtaigniers et de résineux. Des promenades en forêt ainsi que dans la vallée permettent de rencontrer en chemin des témoignages du patrimoine rural, comme ce puits couvert par un berceau en plein cintre en haut du bois de Leyme.

 

Du point culminant, le Pendit à 624 mètres, on bénéficie d’un vaste panorama avec au nord-est les Monts d’Auvergne, au nord la vallée de la Bave, Saint-Céré et les tours de Saint-Laurent et à l’ouest les Causses de Gramat.

 

Abbesses et moniales se sont succédées jusqu’au XVIIIème siècle. C’est la Révolution de 1789 qui mis fin à l’existence de l’abbaye, en vendant et dispersant son patrimoine. De l’époque ne subsistent que le cloître et le bâtiment central à deux étages ainsi que du mobilier religieux qui orne l’église actuelle. Celle-ci vouée à Sainte-Eutrope fut construite au XIXème siècle et ne manque pas d’intérêt. Son intérieur est de style baroque et l’on peut y voir des boiseries transférées de l’ancienne chapelle de l’Abbaye et datant des XVII et XVIIIème siècles, des retables dorés et sculptés style Louis XV, des stalles de moniales en bois de noyer ainsi qu’un autel en marbre rose de Thémines. Le coup de cœur va à coup sûr au lutrin en bois représentant un aigle aux ailes déployées et qui date du XVIIème siècle (classé).

Pour la petite histoire, l’église Sainte-Eutrope fut achetée en 1811 par les paroissiens pour 1500 francs.